Anctoville

La commune d’ANCTOVILLE est une fort ancienne commune française, dénommée « Coisnières » ou « Cornières » jusqu’en 1616 (où Olivier de Foulognes, maître d’hôtel du roi, achète la seigneurie de Cornières, et obtient son changement de nom pour cause d’homonymie avec une de ses autres propriétés …). Le plus ancien document faisant état de la paroisse de Coisnières date du XIème siècle sous la forme latinisée Cosneriis en 1066. Il existe également une charte de confirmation de biens donnée par Henri, roi d'Angleterre et duc de Normandie, à l’abbaye de Lessay où ce toponyme est mentionné (source Wikipédia).

 

Le nom d’Anctoville n’était pour autant pas inconnu, et c’est assez logiquement qu’il fut choisi pour succéder à celui de Cosnières, en écho à une autre dénomination attestée dès 1418 sous la forme de Anquetoville (le toponyme Anctoville procède d'Ásketillville
« exploitation agricole d'Anquetil», nom d’origine viking).

 

 

La commune a toujours vécu de l’agriculture et notamment de l’élevage des bovins, complété par différentes activités de type préindustrielles, dans le textile (…), et spécificité locale, également dans l’art du lapidaire. C’est ainsi qu’il existait à Anctoville avant 1789, un centre d’industrie de luxe où s’exerçait sur une échelle assez large la taille de pierre de joaillerie. Il paraîtrait que ce fut à une famille Néron, que cette industrie dut son extension et son perfectionnement, sinon son introduction ; elle aurait aussi fait venir des ouvrières de Suisse … Les pierres que l’on taillait étaient essentiellement des cristaux de quartz, connus sous le nom de cristal de roche, et désignés dans le commerce sous le nom de « diamant d’Alençon » (c’est cette ville qui s’est fait la spécialité du commerce de ces bijoux, fabriqués donc notamment à Anctoville, avec des pierres en provenance de Condé sur Sarthe). A la fin du 18ème siècle, il y avait jusqu’à 40 roues occupées à la taille sur Anctoville ! … chiffre qui dénote une grande activité artisanale, voire préindustrielle. C’est à cette activité que l’on doit rapporter l’existence de ces nombreux diamants d’Alençon que nous trouvons dans la contrée. Ces pierres, taillées à facettes comme les diamants véritables, étaient montées à Anctoville même, mais aussi par les joailliers de Bayeux et de Caen dans un rayon assez étendu.

 

L’histoire récente de la commune a été fortement marquée par le leg à sa mort en 1874, qu’a fait la Marquise d’Escayrac de Lauture, fille du docteur Pierre RAYER (médecin illustre), à la commune d’ANCTOVILLE pour y construire et entretenir un « orphelinat de jeunes filles indigentes ou appartenant à des familles dénuées de fortune de l’ancienne province de Normandie » (sic).

 

La population de la commune a connu son apogée à l’époque napoléonienne (jusqu’à 1 200 hab), puis a décliné régulièrement jusqu’à la guerre de 14/18 (740 hab en 1914), qui là comme ailleurs, a saigné à blanc la population (un peu moins de 600 ha en 1918), laquelle a repris ensuite son lent déclin passant sous la barre des 400 habitants au début des années 1970.

 

En 1973, ANCTOVILLE (394 hab) fusionne avec FEUGUEROLLES SUR SEULLES (70 hab), ORBOIS (120 hab), et SERMENTOT (182 hab), et la population de ce nouvel ensemble rebondit alors passant de quelque 800 habitants aux presque 1 100 habitants d’avant la création de la commune nouvelle d’AURSEULLES en 2017.


La Mairie d'Anctoville est ouverte :

 Le lundi de 14h à 18h : permanence de Monsieur le Maire

Le mercredi de 10 à 12h

Le jeudi de 9h à 12h : permanence de Monsieur le Maire

Le vendredi de 14h à 17h : permanence des adjoints

Tél. : 02.31.77.08.89 – Fax. : 02.31.77.90.34 – Mail : mairie.aurseulles@orange.fr

En cas d’urgence, vous pouvez joindre :

Monsieur Gérard LEGUAY, Maire, au 02.31.75.01.95

Monsieur Yves QUILICHINI, Adjoint, au 02.31.77.14.24

Madame Geneviève LEBLOND, Adjointe, au 02.31.77.78.71